Périscolaire, Poste et stationnement délégué pour 30 ans : un petit Conseil aux lourdes conséquences !

Ce jeudi 26 janvier 2017 se tenait le Conseil initialement prévu le 23 janvier : 12 rapports et 2h30 de débats. Au menu : la confirmation des activités périscolaires payantes, la fermeture d’un bureau de poste place des Combes, la mise en enclos du parking de la place de l’Europe (pour 30 ans !) et la mise en place d’un dispositif de vidéoverbalisation.

Ce n’était pas la foule des grands soirs. Quelques élus absents, et le Conseil a commencé avec 1/2 heure de retard car le Maire recevait ATTAC. Bref, une drôle d’ambiance…

(suite…)

Chambéry : où voter aux Primaires citoyennes les 22 et 29 janvier ?

Vous trouverez ci-dessous votre bureau de vote, en fonction de votre lieu de vote habituel.

Si vous ne savez plus quel est votre bureau de vote officiel, il vous suffit de renseigner votre code postal et le nom et le n° de votre rue en cliquant préalablement sur le lien :

Où voter ?

 

Listes des bureaux de votes de Chambéry et Sonnaz : cliquez sur un bureau pour agrandir

0001.jpg

 

 

 

Une nouvelle agglo avec de bien vieilles méthodes…

5022_624_logo-provisoire-actuCe lundi soir se déroulait la première séance du conseil communautaire regroupant maintenant l’ancienne « Chambéry métropole » (125 000 habitants ) et la communauté de communes  « Cœur des Bauges » (5 000 habitants). La nouvelle entité pèse donc 130 000 habitants, double sa surface et regroupe 38 communes.

Depuis des mois, le président de Chambéry métropole combat la création de cette nouvelle agglomération au prétexte que cette union n’a pas de sens géographiquement, qu’elle va coûter cher à Chambéry métropole et qu’elle est le fruit d’une loi qu’il condamne. Difficile dans ces conditions de faire naître l’enthousiasme et d’être porteur d’un projet construit, fort et accueillant pour les représentants du territoire des Bauges (14 communes !).

(suite…)

Bd de la Colonne : nouvelle illustration d’une politique du rafistolage et du fait accompli !

Lundi 19 décembre 2016 : un Conseil municipal de 4 heures, pour 41 rapports, occulté par l’annonce préalable d’une importante modification du Boulevard de la Colonne.

Le Maire a ainsi pris la parole, d’entrée, pour, dans sa grande bonté, daigner nous informer de la sainte décision qu’il a prise, la veille… sans consulter le Conseil municipal, sans qu’il y ait le moindre document sur table ni aucune étude transmise aux élus. Ainsi a-t-il décidé de couper le bd de la Colonne en deux par une nouvelle voirie allant de l’avenue des Ducs à la mairie.

Revenons un peu sur l’historique de ce fait du prince car l’affaire est un cas d’école des recettes appliquées à notre ville depuis 3 ans.

(suite…)

Circulez (mal…), il n’y a toujours rien à voir !

Le Conseil municipal de Chambéry, ce lundi 7 novembre, aurait pu être l’occasion d’une belle et franche explication sur le nouveau plan de déplacements. Nous l’avions souhaité et demandé, forts des très nombreux témoignages d’habitants et d’usagers de notre ville et de l’Agglomération. Le Maire n’a pas souhaité mettre ce débat – sur le bilan – à l’ordre du jour…

Néanmoins, nous en avons parlé car il nous semblait totalement inconcevable que ce dossier qui suscite une très forte incompréhension ne soit pas évoqué dans le lieu du débat municipal.

Un petit conseil municipal, 18 dossiers et pourtant 3 heures de discussions.

(suite…)

Sans concertation, le système ne fonctionne pas !

Les élus socialistes de Chambéry et la section locale du PS dressent un premier état des lieux du nouveau plan de circulation et du nouveau réseau de bus.
La plupart des dysfonctionnements seront malheureusement difficiles à corriger du fait des choix erronés faits par la Municipalité.
Nous vous invitons à lire ce document et à le diffuser largement (cliquer ici pour le télécharger : tract-circulations-a-chambery-octobre-2016 ).

0001

0002

Le sort de la tribune du magazine municipal révèle bien des méthodes…

Dans chaque magazine municipal figure les tribunes de la Majorité et de la Minorité.
Si nous avons pris l’habitude de voir l’équipe en place attendre notre texte pour rédiger le sien, nous atteignons des sommets en cette rentrée 2016.

En effet, ladite tribune nous a été demandée, par le service communication mutualisé de la ville et de l’Agglomération, pour le 2 septembre 2016. Respectueux des règles communes, nous nous sommes exécutés et, la maquette définitive de notre tribune, mise en page, nous a été renvoyée le 7 septembre.

Et ce n’est qu’aujourd’hui, 13 octobre 2016, après un mois et demi sans nouvelles, que la Municipalité a décidé de mettre, sur le site internet de la Ville, le magazine municipal…sans sa propre tribune ! Du jamais vu. C’est son choix et son droit le plus légitime…

Ce qui est intéressant, c’est la raison invoquée : le Maire de Chambéry explique – dans son édito – qu’il a préféré consacrer la page habituellement dédiée à la tribune de la Majorité aux nombreux projets de son équipe. Il y en aurait tellement qu’il était nécessaire d’utiliser cette page…

Pourtant, n’est-ce pas lui et les membres de son équipe qui ont décidé de réduire le nombre de numéros du magazine municipal chaque année ? Il n’y en a aujourd’hui plus que 4 par an…
N’était-il pas possible d’ajouter 2 pages s’il y avait tellement de choses à dire ?

Voilà de bien drôles de méthodes… qui masquent bien des improvisations…

Pour information, voici le texte de la tribune des élus de la Minorité.

Bonne lecture !

0001

Réseau de bus : tout va très bien, madame la marquise…

Carte du futur réseau de bus STAC, août 2016
Carte du futur réseau de bus STAC, août 2016

C’était la rentrée du Conseil municipal de Chambéry hier soir après deux mois de pause : un petit ordre du jour avec un peu plus d’une trentaine de dossiers et rien de bien neuf à se mettre sous la dent.

Pourtant, l’actualité chambérienne est particulièrement chargée en ce mois de septembre avec, notamment, la mise en place du nouveau réseau de bus qui anime les discussions partout en ville. Vous savez, ce projet, non concerté, passé à la hussarde malgré une pétition record de plus de 7 000 signatures, une mobilisation des citoyens sans précédent à Chambéry et une action en justice gagnée par les élus de la minorité.

On allait voir ce qu’on allait voir, ce nouveau plan de déplacements urbains (bus et circulation des différents modes de transport) s’annonçait « révolutionnaire » aux dires du Maire lui-même.

Nous voyons, effectivement – depuis un mois – le résultat.

On pouvait espérer, ce soir, avoir un premier point d’étape puisque le Maire annonce des chiffres lors de réunions publiques et commence à faire le bilan du nouveau réseau : rien, pas un rapport d’information, pas un mot dans l’ordre du jour au prétexte, certainement, que c’est un dossier qui se traite à la communauté d’agglomération…Dommage et triste à la fois pour les milliers de Chambériens qui s’arrachent les cheveux quotidiennement soit en bus soit avec leur vélo soit avec leur véhicule personnel (on imagine également aisément ce que peuvent penser les entrepreneurs et les commerçants dans certains secteurs de la ville congestionnés ou parfois carrément vidés).

Alors, nous avons décidé de prendre la parole pour ne pas laisser seuls celles et ceux qui s’interrogent et s’insurgent contre les décisions prises par la municipalité, depuis des mois, au mépris des procédures et de la tradition chambérienne de démarche participative. C’est notre rôle.

(suite…)

Les travaux vont reprendre alors que la justice a condamné l’Agglo : pourquoi ?

0001La presse du jour montre bien les faits.

  • L’agglomération a été condamnée par la justice,
  • les travaux vont reprendre.

Essayons d’y voir plus clair :

1) La décision du bureau de Chambéry métropole, le 24 mars, d’engager les travaux est annulée par le juge car illégale : une telle décision aurait dû être prise par les élus du Conseil communautaire, seuls légitimes à la prendre. Or, jamais rien ne leur a été présenté en assemblée, seul lieu où se prennent les décisions importantes, publiquement, devant les citoyens (rappelons que le bureau n’est qu’un huis-clos, opérationnel et que, refuser de présenter les dossiers devant le Conseil communautaire est un manquement grave à la démocratie locale et au respect des organes délibératifs).
Ainsi, le démarrage des travaux n’a jamais été voté ni autorisé avenue des Ducs, avenue de la Boisse, place et rue de la gare, le long de la place du palais de Justice, rue de la République…etc.
On peut même légitimement se demander comment le trésorier public va payer ces travaux (rappelons qu’on ne peut payer qu’à partir d’une délibération valable).

(suite…)