Bellevue versus béton !

La colline de Bellevue est en émoi depuis quelques jours.

Alors qu’un avis d’enquête publique concernant le déclassement de deux parcelles d’espaces verts est affiché dans le quartier, les riverains découvrent la réalité du projet municipal sur l’ancien jeu de boules et sur le terrain au dessus : 5 immeubles totalisant 55 logements.

Le tout, sur des espaces verts très anciens, situés au pied de la colline, véritables respirations du bas du quartier, terrain de jeu et de flânerie de nombreux habitants et étudiants depuis de nombreuses années.

Sans oublier qu’un de ces terrains – dit du secteur de la boule – est directement situé sur l’abri anti-aérien du fond de la cour de l’école Caffe et de Bellevue dont une partie des 500 mètres de galeries sert aujourd’hui de cave d’affinage pour nos fromages !  (suite…)

Publicités

Le retour du téléphérique de Bellevue ?

Dans le cadre d’une enquête publique de déclassement de deux parcelles d’espaces verts sur le boulevard de Bellevue, le téléphérique revient au goût du jour…(appelé « câble » dans le dossier consultable in extenso en cliquant ici : enquete-publique-bellevue-juillet-2018 ).

Pourtant, chacun se souvient que le président de l’Agglomération chambérienne, Xavier Dullin, avait, le 18 octobre 2017 renoncé à ce projet de transport par câble sur Bellevue :

Allez comprendre !

 

 

 

 

Ne pas baisser la tête face au « diktat » d’un gouvernement jacobin !

3h30 de débats et quelques dossiers importants pour l’avenir de notre ville mais, une fois encore, l’ouverture du Conseil municipal a été marquée par une intervention des parents d’élèves espérant, une énième fois, être entendus.

Inlassablement, les parents des écoles maternelles chambériennes, soutenus par de nombreux enseignants, demandent que le Maire revienne sur sa décision de supprimer 16 postes d’ATSEM à la rentrée prochaine. Ils ont réalisé un questionnaire, diffusé aux parents des maternelles. 820 parents ont répondu soit environ 50% (ce qui est très important dans ce cadre de consultation). 809 ont affirmé leur souhait que soit rétabli le ratio de : une ATSEM par classe.

Après une vingtaine de minutes de discussion, les parents s’en sont allés non sans avoir remis les questionnaires au Maire et sans intervention – cette fois-ci – de la police.

Nous avons déposé une question au Maire que notre collègue Guy Fajeau a développé en fin de Conseil… Toujours sans réponse positive du Maire : Question au Maire au sujet des Atsem

Un des rapports les plus importants de la soirée traitait de la fameuse contractualisation avec l’État prévue par la Loi de finances.

(suite…)

Le Maire osera-t-il une vraie concertation sur les nécessaires améliorations du plan de circulation ?

0001.jpgUn tout petit Conseil municipal, peu de rapports, pas d’enjeux majeurs, l’ensemble a été bouclé en 1h30…

Pourtant, le matin paraissait dans la presse un article de commerçants chambériens affirmant avoir l’écoute du Maire pour que soient effectuées des modifications visant à améliorer le plan de circulation.

Nous avions préparé une intervention à ce sujet. Le Maire évoqua le sujet en préambule, nous donnant ainsi l’occasion de rebondir et de développer notre analyse et faire nos propositions, comme nous le faisons depuis deux ans à propos de ce plan de circulation qui pénalise quotidiennement notre ville.

Voici l’intervention que j’ai faite au nom des élus de la Minorité :

(suite…)

Le Maire de Chambéry refuse le dialogue

Après un mois de grève des Atsem, les parents d’élèves, les enseignants et les agents de la ville sont venus, hier, demander au Maire de revoir sa copie et de maintenir une assistante maternelle par classe.

Suite à un comité technique de la ville, une première fois reporté, puis incapable de se réunir sereinement vendredi dernier, le Maire a fait le choix du passage en force en maintenant le rapport pour qu’il soit voté hier soir.

(suite…)

Émotion, confusion et dureté…

Je ne peux évidemment pas commencer ce billet d’humeur sans avoir une pensée pour madame Francine Portal, directrice du service des Espaces verts de la Ville de Chambéry, décédée tragiquement il y a quelques jours.

Merci à celles et ceux qui ont organisé le temps de recueillement et d’expression qui s’est déroulé place de l’Hôtel de Ville, ce lundi 26 février, en fin d’après-midi.

Au-delà de l’émotion, de la dignité et de la tristesse qui ont été exprimées par les très nombreuses personnes présentes, nous sommes également nombreux à constater avec beaucoup d’inquiétude la grande tension qui affecte les relations entre les salariés de la Ville et leur hiérarchie. Une colère froide était palpable, ces derniers jours. Les documents syndicaux alertant les élus depuis longtemps et les discussions avec les uns et les autres sont éloquents :  il faut d’urgence que soit établi un dialogue social sain et respectueux, piloté directement par le Maire.

C’est dans ce contexte que s’est ensuite déroulé un Conseil municipal au démarrage chaotique et sous le regard des parents d’élèves et des Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) venus remettre au Maire une pétition d’environ 3 000 signatures demandant le maintien de l’encadrement actuel des enfants dans chaque classe.

(suite…)

Parking RAVET : OUI au stationnement mais EN SOUS-SOL !

Des commerçants, professionnels et habitants de Chambéry ont lancé une pétition pour soutenir la construction de près de 1000 places de stationnement quai RAVET et à la CASSINE.

Mis devant le fait accompli d’un parking en silo quai RAVET, je comprends parfaitement qu’ils appellent à soutenir ce projet : faute de grives on mange des merles !

Toutefois, il est très regrettable que le travail de la Municipalité n’ait pas été fait au mieux des intérêts de tous, c’est à dire avec le sens, indispensable, de l’intérêt général. Une approche que je crois parfaitement audible et en cohérence avec la volonté des commerçants, des professionnels, des riverains et des usagers de promouvoir notre centre-ville et ses atouts.

Il faut, évidemment, des places de stationnement en proche périphérie du centre-ville pour ne pas qu’il se désertifie et pour ne pas en compromettre la dynamique. A ce propos, rappelons juste que c’est un point qui fait consensus de part et d’autre de l’échiquier politique local depuis de nombreuses années.

La question n’est donc pas de savoir s’il faut ou non créer des places de stationnement avec accès rapide à l’hypercentre – puisque que c’est une nécessité – mais plutôt de savoir comment accompagner l’attractivité du centre-ville en utilisant le levier du stationnement de la façon la plus pertinente et dans le respect des objectifs et intérêts de tous.

(suite…)