Conseil municipal du 21 septembre 2015 : une séance à l’économie ?


    IMG_1698Le Dauphiné Libéré ne m’en voudra pas de reprendre la formule utilisée dans ses colonnes de lundi pour qualifier le conseil municipal de ce 21 septembre.

Alors, une séance à l’économie ?

Eh bien oui. Et que cela transpire jusque dans un encart de notre quotidien régional est plutôt révélateur. Ce petit conseil municipal (28 délibérations et 3h30 de débats) ne nous a pas trop dépaysé : peu de sujets de fond, des grands discours pleins d’effets et d’artifices, quelques propos d’autojustification flirtant avec l’autosatisfaction, et des réponses parfois engorgées maniant le ton narquois et l’agacement… N’en jetez plus me dira t-on.

Au-delà de ce constat dont la ville bruisse de plus en plus (« Ils n’ont pas de projets, en fait »), il faut rendre à César ce qui est à César et à l’Etat ce qui est à l’Etat.
De ce point de vue, le débat sur la mutualisation est symptomatique. Le Maire et le Président de l’agglomération nous ont présenté cette première délibération avec force, des discours enrobés, un brin de grandiloquence et toujours cette volonté revancharde.
Résultat : sur un dossier qui est un des plus consensuels entre la majorité et l’opposition, ils ont cherché délibérément à cliver, à diviser plutôt qu’à faire converger. Car rien n’existait avant eux, statuquo pendant 25 ans mais, heureusement, ils sont arrivés et, en 18 mois, ils ont tout construit, tout lancé, tout impulsé. Waouh ! Trop forte cette nouvelle équipe…

Il eut été plus honnête de rendre à l’Etat la primeur de la démarche en rappelant (nous avons dû le faire) que c’est aujourd’hui LA LOI qui impose l’accélération des politiques de mutualisation. Quant à César, il n’a fait que respecter la loi en mettant en œuvre ces politiques.

Inutile donc de s’écharper pendant 1h30 pour savoir qui a été le plus méritant, qui a été le premier à dire qu’il fallait mutualiser ou si la mutualisation du service informatique faite il y a plusieurs années était vraiment une mutualisation. C’est, somme toute, assez navrant.

Cerise sur le gâteau : nous avons appris en séance qu’il y avait un petit changement. Que nous allions pouvoir enrichir la délibération de propositions qui seraient intégrées sous forme d’amendements. Les élus de la majorité qui avaient été prévenus de ce changement avaient préparé des propositions sur des petits papiers.

Oh surprise, certaines étaient la reprise quasi identique des propositions que nous avions faites en commission municipale. Tout cela était joliment orchestré et un peu pathétique pour dire vrai.

Mais nous avons été très beaux joueurs et nous avons appuyé les bonnes propositions : mutualiser la compétence culturelle entre les 24 communes de l’agglomération, réfléchir à la mise en œuvre de la mutualisation de la formation musicale au niveau intercommunal, réfléchir sur les compétences croisées (compétences gérées conjointement par la ville et l’agglomération comme les voiries, par exemple).

L’idée déjà avancée de la création d’une « commune nouvelle » fut même versée, de concert, comme amendement à la délibération par le Maire et Henri Dupassieux.

Ce débat fut aussi l’occasion pour le Maire de nous expliquer que le Préfet de la Savoie, représentant de l’Etat dans notre département, avait décidé d’accélérer le calendrier d’un rapprochement, d’une fusion, entre les 14 communes de la communauté de communes du Chatelard et Chambéry métropole. L’Etat en première ligne de la dynamique de mutualisation.
Peut-être que dans quelques années le Maire et le Président de l’agglomération revendiqueront ce coup d’accélérateur ? Aujourd’hui, ces grands mutualisateurs devant l’éternel, qu’ils disent être, ne veulent pas de ce rapprochement au prétexte que – eux – connaissent les Bauges. Allez comprendre.
Nous, nous l’imaginons et nous souhaitons le construire avec les 14 communes des Bauges car c’est un atout pour nous et pour eux, c’est une réalité géographique et aussi parce qu’une ville comme Chambéry, ville porte des parcs, ne peut pas se désintéresser de son environnement immédiat. C’est très clair.

Et le paradoxe ne s’arrête pas là. On atteint des sommets quand on pense que ceux qui aujourd’hui revendiquent la mutualisation (impulsée par la loi, je le rappelle) sont les mêmes qui font de l’Hôtel de ville de Chambéry le point de convergence de la contestation de la baisse des dotations de l’Etat. Vous savez cet Etat qui pousse à la mutualisation pour réduire le déficit public et qui baisse les dotations pour obliger les maires récalcitrants à agir, enfin.

Bref, un débat hallucinant. Nous votons, bien sûr, dette délibération et le reste de ce petit conseil s’égrène rapidement.

C’est à l’occasion des délibérations concernant l’international que je propose au Maire de nous faire un point sur l’engagement de la ville de Chambéry dans le grand élan de solidarité qui s’exprime en France et en Savoie au sujet de l’accueil des réfugiés.

Sa réponse : 7 familles de réfugiés seront accueillies dans le bassin chambérien… Une réponse du maire qui dit être victime d’une campagne très dure, opposée à cette décision, sur les réseaux sociaux.

Espérons toutefois que notre ville pourra s’engager encore plus dans cette démarche sachant qu’Aix annonce une vingtaine de familles et que certaines communes de Savoie s’apprêtent à accueillir plusieurs dizaines de familles. C’est une question d’honneur qui transcende la plupart des clivages politiques, fort heureusement.

Puis vient cette délibération sur l’ancien Intermarché qui va devenir le super centre de supervision avec pleins d’écrans et des policiers derrière en permanence. Pour ça la ville à de l’argent !

En revanche pour les animateurs sportifs, c’est 30% de subvention en moins… quelques pauvres milliers d’euros. Mais, « on ne va pas refaire le débat du budget », tranche le Maire. Nous, nous avons bien compris où sont les priorités maintenant !

La décision modificative n°1 permet de corriger l’erreur d’avril 2015 et l’oubli de 100 000 euros dans la subvention déjà largement amputée de l’espace Malraux. On nous explique que ce n’est pas une erreur, que c’est normal…Nous, quand on a lu la délibération on s’est pris à rêver en lisant « complément de subvention ». On s’est dit que le Maire avait réalisé l’erreur commise en avril et que, beau joueur, il corrigeait sa copie…eh bien non, ce n’était qu’un mirage, pas un miracle.
Nous votons contre cette délibération mal rédigée et qui, de plus, confirme l’abandon du projet de pôle de services à Chantemerle.

On parle ensuite de la dématérialisation des conseils municipaux. Plus de papier, des tablettes ! Nous votons après avoir émis plusieurs réserves de bon sens par la voix d’Alain Caraco. A suivre…

Pour finir, on nous propose de vendre les biens du CCAS dans l’ancienne résidence François Boyer au Biollay. « Pas de projet » indique la délibération. C’est dommage car c’est une sacrée question que l’accueil de nos anciens. En fait, si, il y a un projet mais on ne peut rien dire car ce n’est pas bouclé et toujours en cours de négociation. A minima, la destination de ces biens aurait pu être indiquée dans la délibération pour affirmer la volonté politique de la ville en la matière. Que nenni.

Voilà pour ce rapide compte-rendu. Je terminerai en précisant que le futur Directeur des Services de la ville et uniquement de la ville semble t-il (c’est dur la mutualisation…) nous a été présenté. Il s’agit de monsieur Bimbard.

J’en profite pour rappeler que c’est le 3ème directeur général des services depuis 18 mois et que le deuxième a été remercié (restons polis) puis est parti dans la Drôme parce que le président du conseil départemental de la Drôme et ami du Maire de Chambéry et du Président de notre agglomération le leur avait demandé. C’est en tout cas ainsi que le Maire nous a présenté les choses en juillet. Sans vergogne.

Allez, je vais finir sur une note positive : nous avons enfin des dates de conseils municipaux données à l’avance. Notez-les bien : le 21 octobre et le 21 décembre…même si la 1ère adjointe m’a déjà dit que cela pouvait changer. Tout cela n’est pas bien grave mais finalement bien révélateur.

Publicités

2 réflexions sur “Conseil municipal du 21 septembre 2015 : une séance à l’économie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s